Top Albums 2010’s

Afin de clore en beauté les années 2010, il est de bon ton de nous rappeler que cette décennie nous a apporté de nombreuses joies en matière de musique rappée. Retour en une sélection de 10 albums sur cette période fertile…

Danny Brown – XXX (2011)

Le rappeur de Detroit entre dans une nouvelle dimension avec ce «XXX» où il expérimente de nouvelles sonorités tour à tour frénétiques ou plus détendues. Après un début de carrière dans un style assez convenu, son flow dopé aux substances psychotropes peut désormais s’exprimer à plein sur des beats bien plus variés et aventureux. Ainsi, sur des instrus enfin à sa mesure, Danny Brown montre avec une aisance déconcertante et un certain panache, toute sa panoplie de MC. Indispensable!

A$ap Mob – Lords Never Worry (2012)

La clique A$ap n’est jamais meilleure que quand elle est réunie au complet (cf. la série des Cozy Tapes) et le prouve dès ce premier projet commun. Sorte de carte de visite du crew, la mixtape symbolise à merveille l’adoption par les jeunes générations de rappeurs new-yorkais des codes musicaux auparavant réservés au Dirty South : ambiances comateuses héritées du chopped and screwed, rythmiques hachées et flows saccadés, omniprésence de claviers, aussi bien lugubres que plus vaporeux. Le groupe y rajoute une agressivité bienvenue et une touche plus classique sur certains beats, faisant de l’ensemble une excellente surprise pour qui est peu habitué à ce genre de mélodies modernes.

Earl Sweatshirt – Doris (2013)

Si l’on doit désigner LE collectif qui a bousculé les codes du rap lors de cette décennie, les californiens d’Odd Future peuvent sans conteste prétendre au podium. Avec ce «Doris», Earl Sweatshirt dépasse pourtant le travail de son groupe grâce à des compositions plus abordables et un flow moins dispersé. Malgré un travail de production toujours très brut (qui s’affirmera complètement sur son album suivant), le jeune rappeur réussit un petit miracle en rendant l’ensemble certes déroutant, mais tout à fait passionnant.

Quasimoto – Yessir, Whatever (2013)

Madlib est très certainement le beatmaker qui a le plus marqué ses contemporains durant les années 2010 grâce a une productivité élevée et une inventivité débridée. Il a aussi réussi l’exploit de produire des albums d’une grande qualité avec un rappeur sous hélium au micro (en fait son alter ego), et ce dernier projet le démontre une nouvelle fois. Avec ses productions bourrées de samples improbables et de ruptures instrumentales inattendues, le musicien californien entraîne son auditeur dans un tourbillon sonore aux délices sans fin et montre qu’il est toujours capable d’instrumentations bluffantes de simplicité et pourtant si addictives.

Mac Miller – Watching Movies With Sound Off (2013)


Projet charnière du très regretté Mac Miller, cet album fait passer le jeune rappeur de l’adolescence à l’âge adulte en proposant des morceaux aux rythmiques assez enlevées mais portant la marque d’un certain spleen naissant. Le talent du MC à épouser des beats très variés aussi bien qu’à les composer, n’est sûrement pas étranger à cette impression de facilité désinvolte qui se dégage d’un projet à la saveur «psychédélique» rafraîchissante.

Schoolboy Q – Oxymoron (2014)

Les premières sorties assez fades du MC californien ne laissaient pas vraiment présager des audaces stylistiques dont il serait capable sur cet «Oxymoron» avec lequel il s’approche des standards de la pop moderne. Chaque morceau va au bout de ses idées et, que le beat soit menaçant ou plus dansant, Q assume et met tout le monde d’accord. Malgré quelques moments plus faibles, la puissance de certains morceaux (testez Collard Greens en soirée, vous m’en direz des nouvelles) justifie amplement la présence de cet album au panthéon des années 2010.

Step Brothers – Lord Steppington (2014)

La promesse d’un album produit entièrement par Alchemist, beatmaker surdoué de Beverly Hills, pour son vieux pote Evidence, laissait présager d’un contenu de qualité. Et «Lord Steppington» ne déçoit pas, la rigueur du rappeur étant parfaitement combinée avec ces compositions étranges à l’ampleur cinématographique dont Alchemist a le secret. Le producteur semble avoir trouvé le MC parfait pour développer encore un peu plus sa recette aux samples ciselés, l’une des plus influentes de cette décennie rapologique. Dans un déluge de détails agencés avec soin, le duo transcende l’harmonie qui peut régner entre deux artistes. Une vraie réussite!

The Underachievers – It Happened In Flatbush (2016)

Les premiers albums du duo venu de Brooklyn, bien que tout à fait honorables, semblaient parfois un peu hésitants. Ici, mettant une nouvelle fois en évidence la déferlante sudiste sur la capitale du rap, ils explosent définitivement les barrières en adoptant les rythmiques hypnotiques de la trap tout en y ajoutant des basses énormes semblant héritées du G-funk le plus sombre. Porté en outre par des flows à la volubilité impressionnante, cet album est une grosse claque pour quiconque penserait encore que le rap moderne n’est fait que de productions interchangeables et insipides.

Czarface – Fistful of Peril (2016)

Ce super-groupe, connexion incongrue entre les Bostoniens 7L & Esoteric et Inspectah Deck, fine lame du Wu-Tang Clan, propose depuis 2013 une discographie sans failles dont chaque pièce pourrait se retrouver dans cette anthologie. «Fistful of Peril» est le dernier projet du trio avant qu’il n’intègre d’autres rappeurs pour des albums communs (MF Doom puis Ghostface Killah) et apparaît comme le plus abouti. La science du sample de 7L (soutenu par Todd Spadafore) est ici bien mieux maîtrisée pour un rendu plus compact où la fantaisie laisse place à la rigueur, pour le plus grand bonheur des amateurs de productions martiales mais inventives.

Conway – GOAT (2017)

Imposer la ville de Buffalo sur la carte du rap US n’était pas une mince affaire et pourtant c’est ce que la clique Griselda, et son nombre faramineux de sorties (valant pratiquement toutes le détour), a réussi à accomplir. Mais au milieu de cette profusion, et grâce à un flow toujours impeccable, le nom de Conway ressort clairement du lot. Comme souvent soutenu par l’irréprochable beatmaker Daringer, le MC développe ici son style lugubre tout en violence contenue, sur des beats rêches et cradingues conçus pour faire hocher la tête des b-boys les plus endurcis, justifiant ainsi amplement le titre du disque. Une tuerie!

Cenza – Ma Gueule [2019]

Cenza – Ma gueule [2019]…MC « tout droit sorti de Montreuil » comme l’indique le titre de ce nouvel opus, Cenza adopte un son en tous points conforme aux codes du rap californien des années 90. Après avoir investi des productions lugubres influencées par le rap new-yorkais avec son groupe l’Uzine, le rappeur se créé à nouveau un univers sans concession peuplé de lowriders rutilants et de flows sautillants portés par des prods aux basses pneumatiques et claviers stridents propres au g-funk. Mais réduire cet album à un enchaînement de sons ensoleillés serait bien mal connaître notre homme, aidé aux manettes par Beubtwo, Cenza n’oublie pas le côté sombre du Gangsta Rap, en parsemant la tracklist de titres plus inquiétants et dépouillés où le ton séditieux du bonhomme fait merveille (cf. le titre « Assassin de l’Etat »). Ce projet tout à fait inattendu quand on connaît le style développé par son groupe est une vraie réussite et une énorme claque à écouter d’urgence!

https://luzine.bandcamp.com/album/tout-droit-sorti-de-montreuil

Defenders of Style – Idle Eyes [2018]

Defenders of Style – Idle Eyes [2018]…Originaire de Leeds (UK), ce groupe constitué des MC’s Joe Snow, Prys et Jack Danz (également beatmaker) propose dans l’album « Upper Echelon » des compositions au minimalisme plus affirmé que dans leurs précédents projets. Voyageant sur des beats faits de basses vaporeuse et de sons étranges et hypnotiques, les flows se font plus décontractés tout en étant bien mieux maîtrisés, faisant ainsi du disque une jolie réussite qui ravira les amateurs de ces ambiances comateuses caractéristiques du rap britannique contemporain…

https://defendersofstyle.bandcamp.com/album/upper-echelon

Ragga Rap Mix

Ragga Rap Mix : les racines jamaïcaines du mouvement hip hop ne sont plus à démontrer lorsqu’on se rappelle que les block parties new yorkaises de la fin des 70’s sont en grande partie une transposition au contexte urbain américain de ces sound systems installés dans des camionnettes parcourant l’île à la recherche d’un public à faire danser. Une fois cette culture importée chez l’Oncle Sam (par le mythique DJ Kool Herc notamment), le DJ devient MC et le selector prend alors le nom de DJ dans un renversement linguistique qui sera bientôt la norme. Pourtant, la séparation entre reggae et rap ne sera pas toujours aussi nette et certains, en particulier dans le quartier de Brooklyn où l’on trouve une forte communauté jamaïcaine ainsi que sur la côte Ouest où les gangsta rappers se sont parfois emparés de ce genre sans concession pour pimenter leurs compositions, se souviendront des origines et laisseront libre cours à leur goût pour ces rythmiques « exotiques ».
Cette playlist tente ainsi de rendre compte d’un moment dans l’histoire du rap où la frontière entre les deux genres s’est faite plus poreuse, sous l’impulsion de beatmakers reconnus (DJ Premier au sein de son D&D Studio ou bien KRS-One, influencé par ce style depuis ses débuts) ou par la collaboration ponctuelle de toasters venus épauler les rappeurs sur un boom bap strict donnant ainsi plus d’exposition au style raggamuffin (sorte de reggae dancehall « politisé », au débit proche du rap, et très présent aux balbutiements de la culture hip hop en France).

TRACKLIST :
1 – Whitey Don – Artical (ft. Phife Dawg & Chip Fu) (prod. Nigga Nilez) [1996]
2 – Night Dwellers – Rude Boy (prod. O.E.) [1995]
3 – Shabba Ranks – Freestyle (Biggie beat) (prod. Nashiem Myrick/Doo Wop) [1995]
4 – Da Bush Babees – Ruff ‘n rugged (prod. Nikke Nikole) [1994]
5 – Da Nayborhoodz – Illa than expected (prod. Pro Jay) [1995]
6 – Kali Ranks – Kill dem all (prod. Pomeroy/Massop) [1995]
7 – Bearback – Can’t hold us down (Yard Boy mix) (prod. Babigezus) [1996]
8 – Tim Dog – Make way for the Indian (ft. Apache Indian) (prod. Adrian Pack) [1995]
9 – Mad Lion – Take it easy (prod. KRS-One) [1995]
10 – Don Jagwarr – Who do you fear? (prod. Brian G) [1994]

Hit Squad videos

Hit Squad videos : le duo EPMD (Erick Sermon & Parrish Smith Making Dollars), éminent représentant du rap de Long Island, est l’un des grands artisans du renouveau rap à la fin des années 80. En effet, l’influence de leurs deux premiers albums est énorme grâce à ce son si particulier, fait d’un funk gras et décharné construit autour de nombreux samples rappelant ainsi le travail du Bomb Squad avec Public Enemy et portant des flows monolithiques proches de ce que Rakim popularise quelques temps auparavant.
A partir de 1990, l’entreprise tend à se développer et le groupe introduit de nouveaux MC’s dans ses projets, à commencer par le tout jeune Redman, présent sur deux titres de « Business as Usual » [90], mais produit aussi le rappeur K-Solo, dont le flow tout en agressivité fait merveille aussi bien dans l’ego-trip que dans les propos plus conscients.
Petit à petit le crew s’étoffe avec l’arrivée du groupe Das Efx, découvert dans un concours étudiant pour apprentis rappeurs, qui dynamite le rap de l’époque avec leurs raps sautillants et leurs productions funky (les seules du crew à ne pas être assurées par EPMD mais par Solid Scheme).
En 1993, suite à des différends financiers, la séparation temporaire d’EPMD disloque le posse. Ainsi Das Efx et, dans une moindre mesure K-Solo, suivent Parrish Smith tandis que Sermon embarque Redman, bientôt rejoint par l’instable Keith Murray, pour former le Def Squad.
Chacun multiplie alors les projets solos (avec un succès tout relatif pour Parrish) et les productions pour d’autres rappeurs, avant qu’une reformation ne voie le jour en 1997 avec le très honorable « Back in Business » qui montre que le Hit Squad aurait pu être encore plus influent si ses mentors avaient réussi à mettre de côté leur obsession pour le business  (surtout celle de Parrish semblerait-il).
La mayonnaise ne prendra pas une deuxième fois et le posse tombe dans l’oubli. Das Efx, après un excellent premier album, perd peu à peu ce qui faisait son originalité pour pratiquer un rap moins original. K-Solo, malgré des qualités rapologiques évidentes, ne fait plus que de rares apparitions sur les albums de Redman et Parrish (PMD), distrait par des ennuis judiciaires et des embrouilles avec le reste du crew, Keith Murray notamment. Celui-ci sera d’ailleurs régulièrement au centre de conflits avec le reste de ses camarades et plombera totalement sa carrière suite à des séjours pénitentiaires répétés. Erick Sermon gardera son aura de producteur surdoué jusqu’à la fin des années 90, avant de lui aussi décliner, pour proposer des beats souvent fatigués, bien loin des standards d’exigence de ses précédentes productions.
Malgré sa fin peu glorieuse, il ne faut pas oublier que pendant une dizaine d’années le Hit Squad aura offert au public des albums d’une qualité au-dessus du lot qui paraissent toujours aussi frais aujourd’hui, et auxquels cette playlist de videos (la plus exhaustive possible) produites entre 1988 et 1997, tente de rendre hommage…

ALBUMS A ECOUTER : EPMD – Strictly Business [88], Business Never Personnal [92]/DAS EFX – Dead Serious [92]/REDMAN – Whut? Thee Album [92]/KEITH MURRAY – Enigma [96]

Princess Nokia – Tomboy [2017]


Princess Nokia – Tomboy [2017]…à l’occasion de la sortie du nouveau projet de la jeune rappeuse new-yorkaise (en écoute ici), dans lequel elle explore différents genres musicaux et laisse libre cours à sa fantaisie musicale (et ne rappe quasiment pas), il est bon de rappeler qu’elle est aussi capable de coller au rap le plus exigeant. Ainsi, en 2017, elle proposait un album (« 1992 ») dans lequel elle développe avec talent un style tout à fait personnel fait d’un flow polymorphe s’adaptant aussi bien à des beats boom bap qu’à des sons plus modernes. Dans ces derniers, les véritables réussites de l’album (cf. ce « Tomboy » à la rythmique saccadée), la rappeuse promène son timbre de voix nonchalant et son débit sautillant sur des arrangements aux mélodies toutes simples mais agencées avec soin inspirées de la house music la plus planante ainsi que de la trap la plus trépidante (avec parfois un feeling old school et dansant tout à fait bienvenu). Princess Nokia prouve qu’on peut s’essayer à toutes les audaces stylistiques sans perdre sa cohérence (ou l’intérêt du public lassé des productions grandiloquentes et fades) et qu’elle est une des artistes  avec laquelle il va falloir compter à l’avenir…

Babylon Dead – ACAB [2017]


Babylon Dead – ACAB [2017]…ce duo constitué de l’excellent toaster Jman et du beatmaker Illinformed propose des productions qui collent parfaitement à la couleur musicale baignant une grande partie de la scène rap anglaise contemporaine. L’album « 2000 BD » est ainsi constitué d’arrangements boom bap sans concession du meilleur effet, tantôt uptempo pour une vibe ragga à son paroxysme, tantôt faits d’une matière plus sombre et cotonneuse chère à la fine fleur du hip hop made in UK (Leaf Dog et BVA en tête, qui ont signé le groupe sur leur label, mais aussi Verb-T, Fliptrix ou Lee Scott) et rappelant que l’alliance entre rap underground et ragga endiablé peut être tout à fait judicieuse lorsqu’elle est bien exécutée..

https://rldrecords.bandcamp.com/album/2000-bd

Problem – Rosecrans [2017]

Problem – Rosecrans [2017]…s’il est une chose qu’on peut affirmer à propos de ce talentueux jeune MC venu de Compton, quartier de Los Angeles bien connu des amateurs de g-funk, c’est qu’il sait s’entourer! Entièrement produit par le vétéran DJ Quik, « Rosecrans » (version augmentée d’un précédent EP concocté par la même équipe) invite le old timer MC Eiht mais aussi The Game (qui pose sur ce morceau éponyme à la suavité rafraîchissante) ou Wiz Khalifa. Ce funk vintage particulièrement prisé par Quik avec ses basses rondes et ses claviers envoûtants sait aussi faire place à des instrus plus modernes et grandiloquentes pour un ensemble où pointe une certaine mélancolie mais qui montre surtout l’étendue du talent de DJ Quik, toujours au top de la production californienne et capable de s’adapter sans faillir aux MC’s de la nouvelle génération…

Ocean Wisdom – Revvin’ [2018]

Ocean Wisdom – Revvin’ (ft. Dizzee Rascal) [2018]…signé sur l’excellent label High Focus Records, ce rappeur originaire de Londres revient avec un album fleuve (plus d’une vingtaine de titres), « Wizville », qui se montre bien plus varié que son premier essai à la saveur assez classique. Dans cet album où les producteurs se multiplient, les morceaux sont partagés entre des rythmes boom bap à la basse ronde fleurant bon les années 90, et des titres plus « dansants » inspirés de la drum n bass ou d’autres calqués sur le modèle de la trap la plus sombre. A côté d’invités prestigieux comme Dizzee Rascal ou Method Man (ainsi que d’illustres MC’s anglais : Jehst, Rodney P ou Roots Manuva), le flow polymorphe d’Ocean Wisdom se partage entre débit frénétique et diction plus posée dans un ensemble parfaitement maîtrisé à la qualité formelle indéniable…sans conteste un des meilleurs projets de 2018!

Ocean Wisdom (High Focus Records)

 

El Da Sensei – Mic Professionals [2017]


El Da Sensei – Mic Professionals [2017]…issu du duo Artifacts (éminent représentant du boom bap du New Jersey pendant les 90’s), El Da Sensei est certainement celui qui a su le mieux garder le cap en solo (son compère Tame One, malgré quelques sorties réussies, s’étant un peu perdu dans des projets médiocres)…pour preuve, cet album confectionné en partenariat avec le beatmaker belge Chillow, propose un boom bap sans concession reprenant les codes du genre (claviers étouffés à la Pete Rock, instrumentations économes, basses profondes et rythmiques martiales) magnifié par les scratches du toujours excellent DJ Grazzhoppa…dans un ensemble assez équilibré, entre arrangements lugubres ou plus solaires et sautillants, réalisé avec une certaine finesse et un savoir-faire indéniable, le flow sans fioritures de notre old timer fait merveille pour un album qui s’écoute sans lassitude…

http://www.chillowproductions.com/sensei.n.chillow