Archives du mot-clé Wu-Tang Clan

Joe Young – The Projects [2016]


Joe Young – The Projects (ft. Masta Killa) [2016]…MC élevé en Allemagne et affilié à la grande famille Wu-Tang, Joe Young s’associe avec le producteur new-yorkais Dame Grease (déjà connu pour son travail avec l’intelligentsia rap des 90’s, Puff Daddy et Ruff Ryders notamment) pour nous offrir un disque (« Invicible Armour ») qui tente de ressusciter ce son si particulier popularisé par RZA et sa bande. Pour se faire, le duo convoque certains des MC’s  les plus fameux du crew : Raekwon, Inspectah Deck, Method Man et même le regretté Ol’ Dirty Bastard, et les fait poser sur des sons alliant à la fois rugosité (comme sur le titre éponyme ou l’extrait présenté ici, qui voit Masta Killa adopter un ton belliqueux de bon aloi) et langueur désabusée, mélange des genres qui fît le succès du groupe de Staten Island mais dont la recette s’est peu à peu perdue…à l’écoute de ce disque réussi, on découvre que ce savoir-faire à base de soul torturée et de rythmiques puissantes nous réserve encore quelques bonnes surprises…

https://www.wuwear.eu/

Mix Wu-Tang Clan 1


Mix spécial Wu-Tang : Afin de rendre hommage à l’un des groupes les plus marquants de l’histoire du rap, voici un mix de 11 titres tirés des nombreux classiques sortis par RZA et sa bande au milieu des années 90…tous les ingrédients chers aux rues de Shaolin y sont réunis : samples soul torturés, instrumentations bancales et flows de barbares dans un ensemble taillé pour faire hocher les têtes…

Automatik Greatness – Cornbread [2014]


Automation Greatness – Cornbread [2014]…affilié à la grande famille Wu-Tang via Hell Razah et son label, cet étudiant d’Harvard s’entoure d’un autre membre du défunt groupe Sunz Of Man, le producteur Su-Preme…pour la première fois depuis des années , ce dernier réalise la totalité des instrus de l’album « Rapoliticz » dans un style fidèle aux habitudes de Shaolin : instrumentations partagées entre soul 70’s et ambiances glaciales aux sonorités dissonantes…le discours du MC, très critique sur la société américaine, se marie ainsi parfaitement à des arrangements volontairement classiques pour ne pas distraire l’auditeur du contenu lyrical mais suffisamment subtils pour ne pas l’ennuyer…

http://automatikgreatness.bandcamp.com/album/rapoliticz

Killarmy – Silent Weapons for Quiet Wars [1997]

TRACKLIST : (produit par 4th Disciple, * produit par RZA)

1- Dress to kill
2- Clash of the Titans (ft. Streetlife)
3- Burning season
4- Blood for blood
5- Seems it never fails
6- Universal soldiers
7- Love, Hell or right
8- Wake up (ft. Hell Razah & Prodigal Sunn)*
9- Fair, love & war
10- Wu-renegades
11- Full Moon
12- Under siege
13- Shelter
14- Camouflage ninjas
15- Swinging swords
16- War face*
17- 5 stars (ft. Masta Killa)

 

Dans le sillage de la comète Wu-Tang, une multitude de groupes se revendique alors, avec plus ou moins d’à-propos et de soutien de la maison mère, de cet «empire» mis en place après le succès des deux premiers albums du groupe. Des artistes comme Cappadonna (intégré ensuite au Wu-Tang originel), Killah Priest ou Sunz of Man sortirent des projets où le logo du crew figurait en bonne place mais dans lesquels la qualité musicale n’égalait en rien ce que pouvait produire la bande à RZA. Et c’est bien l’absence du maître à penser de la nébuleuse Wu-Tang, et de son savoir-faire de beatmaker, qui semblait faire défaut à ces disciples. Pourtant un groupe fut en mesure d’atteindre, tout du moins le temps d’un album, le niveau d’excellence de ses illustres aînés. Continuer la lecture de Killarmy – Silent Weapons for Quiet Wars [1997] 

Wu-Tang Clan – Enter The Wu-Tang (36 Chambers) [1993]

TRACKLIST (clean version) : (prod.  RZA)
1- Shame On A Nuh
2- Clan In Da Front
3- Can It Be All So Simple
4- Method Man
5- Da Mystery Of Chessboxin’ (co-prod.  Ol’ Dirty Bastard)
6- Wu-Tang Clan Ain’t… (co-prod. Method Man)
7- C.R.E.A.M.
8- Protect Ya Neck
9- Tearz

Début des années 90 : le Gangsta Rap californien s’affirme face au classicisme new-yorkais et remporte des succès conséquents, souvent fondés sur une gestion avisée des outrances liées au genre autant que sur le talent des musiciens, celui de Dr Dre notamment. Mais en cette année 1993, le combat entre les deux pôles du hip hop prend une ampleur nouvelle. Sorti de, presque, nulle part (certains au sein du crew connaissent déjà le milieu mais sans avoir réussi à s’y imposer), le Wu-Tang Clan va replacer New York au sommet du rap game. Continuer la lecture de Wu-Tang Clan – Enter The Wu-Tang (36 Chambers) [1993] 

Czarface – Czar Rafaeli [2012]

CZARFACE – Czar Rafaeli (ft. Oh No) [2013]…connexion entre le producteur 7L, son MC attitré Esoteric, fers de lance de la scène de Boston, et l’un des meilleurs flows du Wu-Tang, Inspectah Deck, cet album éponyme s’articule autour de l’univers des super-héros…les nombreux invités de marque (Roc Marciano, Ghostface Killah, Vinnie Paz ou ici Oh No, échappé du label californien Stone Throw) ont vu juste en venant soutenir le trio sur ces productions psychédéliques parsemées de samples impromptus puisque le disque se classe parmi les meilleurs sortis par un membre du Wu-Tang Clan…

http://brickrecords.com/

Gravediggaz – Niggamortis [1994]

TRACKLIST : (prod. Prince Paul)
1- Just When You Thought It Was Over (intro)
2- Constant Elevation
3- Nowhere To Run, Nowhere To Hide
4- Detective Trip
5- Two Cups Of Blood
6- Blood Brothers (prod. Fruitkwan)
7- 360 Questions (skit)
8- 1-800 Suicide
9- Pass The Shovel
10- Diary Of A Madman (ft. Sunz Of Man) (co-prod. RMS/RZA)
11- Mommy, What’s A Gravedigga ?
12- Bang Your Head
13- Here Comes The Gravediggaz (prod. Mr Sime)
14- Graveyard Chamber (ft. Sunz Of Man) (prod. RZA)
15- Deathtrap
16- Six Feet Deep (prod. Gravediggaz)
17- Rest In Peace (outro)

La transposition des thématiques morbides le plus souvent réservées au rock, dans le monde du hip hop, n’est pas une évidence. Pour preuve, le style que fonde Gravediggaz (les « fossoyeurs » en français), baptisé horrorcore par les médias, fera long feu, ne dépassant pas le cadre des quelques groupes qui suivront le même chemin,
Pourtant, le succès plus récent de Necro prouve que l’on peut allier esthétique gore et ambiances urbaines avec succès, à condition de s’adresser à un public caucasien. Cette ghettoisation culturelle ajoutée à la religiosité, réelle ou supposée, de la communauté afro-américaine, explique pourquoi Gravediggaz, ridiculement accusé de satanisme, fut rejeté par le public hip hop et qu’on ne lui ait pas accordé ce qui semble normal chez des métalleux comme Slayer. Aux Etats-Unis, le discours d’un artiste semble donc être soumis à sa couleur de peau.
Continuer la lecture de Gravediggaz – Niggamortis [1994] 

Method Man – Tical [1994]

TRACKLIST : (prod. RZA)
1- Tical
2- Biscuits
3- Bring The Pain (ft. Booster)
4- All I Need
5- What The Blood Clot
6- Meth’ vs Chef (ft. Raekwon)
7- Sub Crazy (co-prod. 4th Disciple)
8- Release Yo’ Delf (ft. Blue Raspberry)
9- PLO Style (ft. Carlton Fisk) (co-prod. Method Man)
10- I Get My Thang In Action
11- Mr Sandman (ft. RZA/ Inspectah Deck/Street Thug/Carlton Fisk)
12- Stimulation (ft. Blue Raspberry)
13- Method Man (remix)

Par sa participation au premier album du Wu-Tang Clan, Method Man a contribué à redorer le blason de la côte Est en pleine domination du gangsta rap californien. Suite au succès surprise du crew new-yorkais, il poursuit cette « réhabilitation » grâce à un disque qui marquera les esprits à sa sortie. Par son succès d’une part mais aussi parce qu’il démontre que Meth’ n’a pas besoin de la présence continuelle des autres membres du Wu, souvent considérés comme de meilleurs lyricistes.  Continuer la lecture de Method Man – Tical [1994]