Archives du mot-clé 2010’s

Full Circle – Raw Feelin [2014]


Full Circle – Raw Feelin [2014]…extrait du seul projet sorti à ce jour par les frangins Still Waters & Bes Kept, fiers représentants de la scène hip hop de Toronto, ce titre présente la recette utilisée par Bes Kept (unique compositeur du disque) sur chacun des titres de l’album « Infinite Edges » : des MC’s efficaces posant sur des beats secs habillés de samples délicats, de basses profondes et de scratches épars rappelant le travail d’un Large Professor ou celui de J-Dilla pour A Tribe Called Quest…avec ce rap sans prétention mais concocté avec la science des meilleurs artisans du son, cet album rentrera peut-être dans quelques années dans la catégorie des classiques tardifs du hip hop…

https://full360music.bandcamp.com/

Duckwrth – Bernal Heights [2016]


Duckwrth – Bernal Heights [2016]…ce morceau, uniquement disponible sur le soundcloud de ce jeune MC californien, est découpé en 3 mouvements comme pour mieux démontrer toute la versatilité de Duckwrth et raconter les pérégrinations d’un jeune noir dans les beaux quartiers de Los Angeles…il utilise tout d’abord un beat rappelant les titres les plus relax de The Pharcyde, puis un sample bien connu (en l’occurrence « Dove » par Cymande, déjà présent sur le classique « The Score » des Fugees par exemple) pour un boom bap hypnotique et tendu, et termine par une production plus moderne et éthérée.

Les différentes facettes du rappeur sont donc toutes représentées ici, lui qui est capable d’adopter un flow chantonné, sur le très bon album « I’m Uugly » (2016), pouvant faire penser à la nonchalance enjôleuse de Prince (s’il était né avec la génération hip hop) :

ou bien encore d’utiliser des beats proches de l’euro-dance, pour un résultat sautillant et plein de fraîcheur :

mais aussi de poser sur des productions plus « mécaniques » dans un surprenant album commun avec les rockeurs de The Kickdrums, sorti en 2015 :

L’aisance assez folle avec laquelle il passe d’un style à l’autre prouve que Duckwrth est avant tout un excellent MC. De plus, sa progression d’un rap assez convenu sur ses premières mixtapes à des sons de plus en plus pointus, ainsi qu’une certaine profondeur dans les thèmes choisis (abordant des sujets légers et intimes aussi bien que des considérations sociales bien affirmées) laissent penser que Duckwrth n’a pas fini de nous abreuver en musique de qualité, et c’est tant mieux!

DUCKWRTH.com

Audessey – My Mic & Me [2013]


Audessey – My Mic & Me [2013]…au sein du groupe Mass Influence, ce MC au flow tout en swing a déjà prouvé qu’à Atlanta on savait aussi produire du boom bap de qualité…dans l’album « Beats Per Minute » il s’associe au beatmaker parisien A Cat Called Fritz pour nous offrir une dizaine de titres très classiques à dominante jazzy rappelant les productions de Large Professor…les nostalgiques d’un certain raffinement hip hop devraient apprécier…

Audessey & A Cat Called Fritz – « Beats Per Minute »

Ab Soul – Huey Knew [2016]


Ab Soul – Huey Knew [2016]…après 3 albums au contenu très inégal, le MC californien semble décidé à suivre le même chemin d’une musique plus personnelle et affirmée que son collègue de label, Schoolboy Q, dont les deux derniers projets sont des réussites. Finies les productions insipides et un éparpillement stylistique déroutant pour l’auditeur, Ab Soul nous livre avec « Do What Thou Wilt » un disque cohérent plein de compositions poisseuses et envoutantes . Ainsi, à l’image d’un Earl Sweatshirt, le MC a choisi de prendre ses fans à contre-pied en radicalisant son art. Tout à fait conscient de la qualité de sa formule, il étale avec une assurance folle la versatilité de son flow sur des beats ambitieux (parfois à la limite du pompeux dans la 2e partie de l’album) et hypnotiques, rappelant un peu les lugubres productions du gangster MC Ren ou de la Three Six Mafia…une excellente surprise!

YNL – Detroit’s Finest [2014]


YNL – Detroit’s Finest [2014]…Sonny & Nailz sont deux jeunes rappeurs parfaitement inscrits dans leur époque qui ont compris l’importance d’occuper le terrain numérique afin de se faire une place dans la jungle hip hop. Ainsi ils inondent les auditeurs de mixtapes au contenu plus ou moins abouti, montrant ainsi leur progression vers des productions plus personnelles…avec cet album commun sous le nom de YNL, le duo mélange de nombreuses influences et entraîne l’auditeur dans un tourbillon musical assez jouissif. Piochant aussi bien dans le funk tardif (The Gap Band avec « Outstanding ») ou le rap old school et dépouillé de Slick Rick (« Sonny’s Story ») que dans la house music trépidante et pointue de leur ville natale de Detroit, l’album (produit en partie par leurs soins) se rapproche de la booty bass de Miami pour son côté débridé et festif ainsi que des productions de la scène contemporaine (l’influence trap n’est jamais bien loin) tout en gardant un feeling très 80’s fort agréable. Le résultat est assez surprenant grâce a cette alliance d’exigence musicale très référencée et de fraîcheur juvénile fort bien maîtrisée…un disque à écouter donc, au moins par curiosité…

https://sonny313.bandcamp.com/album/ynl

Ryu – The One [2016]


Ryu – The One [2016]…issu du groupe californien Styles Of Beyond, auteur d’un retour réussi en 2012 (le très bon album « Reseda Beach, déjà chroniqué ici) après avoir secoué l’underground avec leur classique « 2000 Fold » en 1998, et partie prenante du super groupe Demigodz (avec Apathy, Celph Titled et Esoteric notamment), Ryu propose aujourd’hui un disque entièrement produit par le old timer Divine Styler, légende du rap californien, révéré par ses pairs mais inconnu du grand public…une fois de plus Ryu nous propose une œuvre assez équilibrée et cohérente où une certaine légèreté dans les samples utilisés côtoie des beats plus appuyés (comme dans ce « One » construit sur un sample hypnotique de Björk) accompagnant le flow toujours irréprochable du MC, rendant l’ensemble agréable aux oreilles de tous les b-boys, des plus intransigeants aux plus dilettantes…une vraie bonne surprise!

http://demigodzstore.bigcartel.com/

…dédicace à N. pour la relecture…

Sonnyjim – Al Jazeera [2016]


Sonnyjim – Al Jazeera (ft. Heems) [2016]…originaire de Birmingham, ce MC au flow lancinant, sorte de mix entre B-Real et Roc Marciano, produit en partie et avec talent les sons sur lesquels il pose. Les acteurs les plus doués de la scène rap underground ne s’y sont d’ailleurs pas trompés puisque Heems (du regretté groupe Das Racist) ainsi que l’excellent Westside Gunn, ajoutent leurs couplets à ceux du MC anglais. Dans un style faisant la part belle aux beats ouatés évoquant un certain spleen « so british », concoctés à base de samples soul/funk et psyché 60’s triturés, l’album « Mud In My Malbeck », rempli de ritournelles jazzy au feeling très « Blaxploitation », est une réussite de bout en bout qui rappelle les meilleures prods de The Alchemist…

https://daupe.bandcamp.com/album/mud-in-my-malbec

Killason – Shine [2016]


Killason – Shine [2016]…ce jeune français rappant en langue anglaise pourrait être un croisement entre Pharrell, pour la versatilité des talents (il s’occupe aussi bien de chorégraphie, de design que de production musicale), et Danny Brown, pour le flow halluciné et les beats passant d’un univers dancefloor (cf. ce « Shine » au beat étrange et sautillant) à des ambiances plus sombres (« The Rize », « Black Crook ») flirtant parfois avec le Dubstep (« Hoddest in my Town »). Killason est en soi un petit évènement dans la très conservatrice scène rap hexagonale puisque la réussite artistique de son premier mini-album prouve que, même en France, les chapelles musicales peuvent être réunies avec talent sans pour autant tomber dans la mélasse formatée…

 

Ron Jon Bovi – We Get It Poppin’ [2016]


Ron Jon Bovi – We Get It Poppin’ (ft. Guilty Simpson) [2016]…éminents représentants de deux des pôles les plus importants du rap américain, Casual et Phat Kat, l’un issu du crew californien Hieroglyphics et l’autre, proche collaborateur de J-Dilla à Detroit, mettent aujourd’hui leur savoir-faire en commun…ainsi, sous la direction musicale et artistique du beatmaker Unjust, ils conçoivent un projet très réussi sous le nom improbable de Ron Jon Bovi…dans un disque au titre lui aussi étrange (« Neaux Mursi »), le duo varie entre deux ambiances propres à leur style de prédilection. Ainsi, certains titres (« WWYS », « Deja Vu »…) proposent une ambiance posée chère à une certaine scène d’Oakland tandis que d’autres (à l’image du titre présenté ici qui invite Guilty Simpson, comme un lien supplémentaire entre les deux MC’s en tant que natif de Détroit et signataire sur le pointu label californien Stone Throw) sont plus proches du son abrasif pratiqué dans la Motor City…la réussite de ce projet tient dans cet équilibre instable entre les deux facettes du duo, comme si une certaine schizophrénie musicale se laissait amadouer afin de nous plonger dans des sonorités certes peu faciles d’accès parfois mais équilibrées par de subtils détails sonores ne se laissant apprécier qu’au fil des écoutes…

Halfcut – Gone [2014]


Halfcut – Gone [2014]…troisième album (« From Dungeons to Rooftops ») en forme de compilations d’anciens titres et de freestyles pour ce MC canadien originaire de Calgary…dans un ensemble aux bases hip hop assez classiques ce rappeur au flow sans fioritures nous propose des sons rappelant d’une part les productions soyeuses de Pete Rock mais aussi celles de ses voisins de Seattle, faites de refrain chantonnés, comme dans ce titre à la douce mélancolie…

https://halfcut.bandcamp.com/album/from-dungeons-to-rooftops