Archives du mot-clé Soulful Rap

Digable Planets – Blowout Comb [1994]

TRACKLIST : (prod. Digable Planets)
1- The May 4th Movement
2- Black Ego
3- Dog It
4- Jettin’
5- Borough Check (ft. Guru)
6- Highing fly
7- Dial 7 (Axioms of Creamy Spies)
8- The Art of Easing
9- KB’s Alley
10- Graffiti (ft. Jeru The Damaja)
11- Blowing Down
12- 9th Wonder
13- For Corners

Le jazz-rap (Acid-Jazz pour les Britanniques) fit couler beaucoup d’encre au début des 90’s et hurler aussi bien les adeptes du hip hop que ceux du jazz. A l’époque, dans un souci de catégoriser (ghettoiser diront certains) le rap et de le rendre moins « effrayant », les médias mirent en avant l’une de ses composantes essentielles, à savoir le sampling de standards jazz par des producteurs tels que DJ Premier ou Pete Rock. Pour cela  fut créé de toutes pièces un genre nouveau, soutenu par des labels jazz comme Blue Note, plus accessible pour un public étranger aux considérations racailleuses ou revendicatrices des rappeurs afro-américains. De plus, et sans savoir réellement si cette étiquette nouvelle en est responsable ou si les groupes avaient déjà cette configuration, des musiciens live firent leur apparition aux côtés de certains rappeurs, que ce soit en studio ou sur scène. Continuer la lecture de Digable Planets – Blowout Comb [1994] 

Elzhi – Halftime [2011]

Elzhi – Halftime [2011]…membre du groupe Slum Village, Elzhi remet au goût du jour, à travers une réorchestration discrète, un classique de l’âge d’or du rap new-yorkais… « Illmatic » de Nas, sorti en 1994, reste ce qu’il est mais se découvre une seconde jeunesse grâce aux instrumentations live de Will Sessions et au flow du MC de Detroit, plus élastique que l’original …

http://elzhi.com/

AG – YMI Still Here [2010]

AG – YMI Still Here [2010]…issu du collectif new-yorkais DITC au sein duquel il pratique un rap brut sur des productions très classiques, Andre the Giant se permet, lorsqu’il évolue en solo, de sortir des sentiers battus pour s’essayer à sonorités plus modernes…produit intégralement par Ray West, l’album « Everything’s Berri » propose des beats digitaux vaporeux et minimalistes portées par des envolées discrètes d’instrumentations live…il prouve alors que tous les vétérans ne se reposent pas toujours sur leur glorieux passé…

http://www.discogs.com/artist/21128-AG

MC Solaar – Qui Sème Le Vent Récolte Le Tempo [1991]

TRACKLIST : (prod. Jimmy Jay & Boom Bass)
1- Intro
2- Qui Sème Le Vent Récolte Le Tempo
3- Matière Grasse Contre Matière Grise
4- Victime De La Mode
5- L’histoire De l’Art (ft. Soon E MC)
6- Armand Est Mort
7- Quartier Nord
8- Interlude (instru)
9- A Temps Partiel
10- Caroline
11- La Musique Adoucit Les Moeurs
12- Bouge De Là (pt 1)
13- Bouge De Là (pt 2)
14- Ragga Jam (ft. Raggasonic & Kery James)
15- La Devise
16- Funky Dreamer (instru)

L’histoire de ce disque est autant un conte de fée pour un rappeur jusque-là cantonné à l’underground qu’un exemple des pièges pouvant freiner toute velléité artistique aboutie.
« Qui Sème Le Vent… » est en effet l’un des plus gros succès de rap français, et pourtant, en raison de différends avec le label Polydor, le disque n’a jamais été réédité et est resté longtemps introuvable pour les collectioneurs. L’utilisation de ses morceaux est de plus extrêmement limitée du fait de Solaar lui-même, qui ne se reconnaît peut-être plus dans cette œuvre de jeunesse, ou à cause du label, mystère…
L’aura du disque s’en trouve certes renforcée mais l’on oublie trop souvent que Solaar, pionnier du rap hexagonal, a forcé le music-biz à considérer le hip hop, non seulement en rendant sa forme accessible, alliant rimes ciselées et rythmes jazzy, mais aussi en intégrant dans une structure « professionnelle » (Jimmy Jay Productions) des jeunes talents qui feront carrière. La France entière découvre alors une facette de la musique urbaine plus acceptable pour les pontes de la distribution musicale que la rage politisée d’un groupe comme Assassin.
Continuer la lecture de MC Solaar – Qui Sème Le Vent Récolte Le Tempo [1991]