Archives du mot-clé NYC Rap

Meyhem Lauren – Special Effects [2012]

Meyhem Lauren – Special Effects (ft. Action Bronson & Heems) [2012]…le style rugueux du trop méconnu Meyhem Lauren s’associe ici à la coolitude de l’imposant Action Bronson tandis que Heems (du défunt groupe Das Racist) promène son flow décalé sur un instru entêtant du très demandé Harry Fraud…un titre vraiment parfait donc pour se faire une idée du niveau de la Grosse Pomme (et plus particulièrement du Queens) en ce 21ème siècle riche en bonnes surprises rapologiques…

http://meyhemlauren.com/

Wu-Tang Clan – Enter The Wu-Tang (36 Chambers) [1993]

TRACKLIST (clean version) : (prod.  RZA)
1- Shame On A Nuh
2- Clan In Da Front
3- Can It Be All So Simple
4- Method Man
5- Da Mystery Of Chessboxin’ (co-prod.  Ol’ Dirty Bastard)
6- Wu-Tang Clan Ain’t… (co-prod. Method Man)
7- C.R.E.A.M.
8- Protect Ya Neck
9- Tearz

Début des années 90 : le Gangsta Rap californien s’affirme face au classicisme new-yorkais et remporte des succès conséquents, souvent fondés sur une gestion avisée des outrances liées au genre autant que sur le talent des musiciens, celui de Dr Dre notamment. Mais en cette année 1993, le combat entre les deux pôles du hip hop prend une ampleur nouvelle. Sorti de, presque, nulle part (certains au sein du crew connaissent déjà le milieu mais sans avoir réussi à s’y imposer), le Wu-Tang Clan va replacer New York au sommet du rap game. Continuer la lecture de Wu-Tang Clan – Enter The Wu-Tang (36 Chambers) [1993] 

Beastie Boys – Check Your Head [1992]

TRACKLIST : (prod. Beastie Boys/Mario Caldato Jr & Money Mark)
1- Jimmy James
2- Funky Boss
3- Pass The Mic
4- Gratitude
5- Lighten Up
6- Finger Lickin’ Good
7- So Watcha Want
8- The Biz vs The Nuge
9- Time For Livin’
10- Something’s Got To Give
11- The Blue Nun
12- Stand Together
13- Pow
14- The Maestro
15- Groove Holmes
16- Live At PJ’s
17- Mark On The Bus
18- Professor Booty
19- In 3’s
20- Namasté

Les Beastie Boys, trio de jeunes blancs-becs d’origine juive venus de Brooklyn, représentent à eux seuls tout un pan de l’histoire mouvementée du hip hop puisqu’ils sont le premier groupe blanc à émerger au sein d’une culture éminemment afro-américaine. Il furent en outre l’une des premières signatures du fameux label Def Jam avec qui ils ont sorti un unique album, « Licensed To Ill », produit par Rick Rubin. Le mariage entre le passé punk-rock du groupe et un hip hop festif et potache connut un énorme succès dans la deuxième moitié des 80’s et déclencha quelques scandales (la propension du trio à foutre le bordel au cours de leurs shows ainsi que la charge sexuelle de leurs paroles y fut pour beaucoup).
Suite à des désaccords avec Def Jam, les Beastie Boys décidèrent de créer leur propre structure de production en Californie, Grand Royal, grâce à laquelle ils purent laisser libre cours à leur créativité. « Paul’s Boutique » sort en 89 mais réalise des ventes bien moindres que son prédécesseur malgré une approche musicale plus fine saluée par les critiques et inspirée de la vague Blaxploitation des 70’s. Continuer la lecture de Beastie Boys – Check Your Head [1992] 

Company Flow – Funcrusher Plus [1997]

TRACKLIST : (prod. El-P, * prod. Mr Len)
1- Bad Touch Example
2- 8 Steps To perfection
3- Collude/Intrude (ft. Juggaknots)
4- Blind
5- Silence
6- Legends
7- Lune TNS (skit) (prod. Bigg Jus)
8- Help Wanted
9- Population Control
10- Definitive
11- Lencorcism (skit)*
12- 89.9 Detrimental (skit)
13- Vital Nerve (ft. BMS)
14- Tragedy of War (in 3 parts)
15- The Fire In Which You Burn (ft. Juggaknots)
16- Krazy Kings
17- Last Good Sleep
18- Info Kill 2
19- Funcrush Scratch (instru)*

La musique de Company Flow ne se contente pas d’emprunter les chemins balisés par les pionniers du rap. De ce fait elle peut sembler difficile d’accès tant elle paraît éloignée de ce que l’on connaît du genre. Mais peut-être est-ce cette complexité qui fait de « Funcrusher Plus » un disque aussi spécial pour ceux qui le considèrent comme l’un des plus importants de son époque.

Il faut tout d’abord souligner que cet album fait partie des premières sorties du label new-yorkais Rawkus qui, dans la deuxième moitié des 90’s, produisit des artistes peu connus mais dont l’authenticité mettait à mal les productions grand public. Le catalogue de cette période est assez impressionnant : Reflection Eternal, Black Star, les compilations Soundbombing et Lyricist Lounge, Pharohae Monch, High & Mighty. Rawkus révèle alors des rappeurs (Mos Def, Talib Kweli) ou des producteurs (Mighty Mi, Hi Tek) qui feront les beaux jours du label. « Funcrusher Plus » vient encore allonger cette liste et au-delà d’imposer Rawkus comme LE label indé du moment, il révèle surtout les talents de musiciens d’un El Producto (El-P pour les intimes) qui envoie le rap vers le troisième millénaire. Continuer la lecture de Company Flow – Funcrusher Plus [1997] 

Originoo Gunn Clappaz – Da Storm [1996]

TRACKLIST : (prod. Da Beatminerz)
1- Intro
2- Calm Before da Storm (prod. Shaleek)
3- No Fear
4- Boom Boom…Prick (skit)
5- Gunn Clapp
6- Emergency Broadcast System (skit)
7- Hurricane Starang
8- Danjer
9- Elements of da Storm (prod. Steele/Supreme)
10- Da Storm
11- Wild Cowboys in Bucktown (ft. Sadat X & Sean Black) (prod. DJ Ogee)
12- God Don’t Like Ugly (prod. Buckshot/Lord Jamar)
13- X-Unknown
14- Elite Fleet (ft. MS/Tha Representativz & Bad Vybes)
15- Flappin’ (prod. E-Swift/Madlib)

Grâce à des albums comme ce « Da Storm », le crew Boot Camp Click, soutenu par le label Duck Down, s’est taillé un statut aussi légendaire que celui du Juice Crew ou des Native Tongues au sein de la communauté hip hop. Brooklyn (ou Bucktown comme ils surnomment leur quartier), tout comme les oreilles des B-Boys du monde entier, résonne encore des exploits rapologiques de ces MC’s aux styles affirmés.
Cette première période du posse, pour qui cet album marque la fin d’un certain âge d’or, est surtout l’avènement d’une équipe de concepteurs sonores, les Beatminerz (Evil Dee, Baby Paul & Mr Walt). Ceux-ci concoctent une recette au son dépouillé dont les basses étouffées enveloppent des beats rugueux et qui influencera toute la deuxième moitié des 90’s, moment du retour de la Côte Est sur la première marche du rap game et de l’émergence de toute une scène indé. Continuer la lecture de Originoo Gunn Clappaz – Da Storm [1996] 

A$ap Mob – Bath Salt [2012]

A$AP Mob – Bath Salt (ft. Flatbush Zombies) [2012]…le buzz autour d’A$ap Rocky masque le talent de ce groupe new-yorkais pléthorique qui propose un très bon premier album (« Lords Never Worry »)…des sons variés et originaux pour des rappeurs toujours en verve (ici sur le thème de ces zombies devenus bien réels suite aux excès de drogues de synthèse) qui reprennent l’attitude provoc’ du gangsta rap mais sur des sons psychotiques et amples, entre le style horrorcore dépouillé de Three 6 Mafia et l’électro fiévreuse de la scène de Detroit…

http://www.asapmob.com/

Onyx – All We Got Iz Us [1995]

TRACKLIST : (prod. Fredro Starr, * prod. Onyx)
1- Life Or Death (skit)
2- Last Dayz
3- All We Got Iz Us (Evil Streets) (ft. PI)
4- Purse Snatchaz (ft. Greg Valentine)*
5- Shout
6- I Murder U (skit)
7- Betta Off Dead (co-prod. 8Off Assassin)*
8- Live Niguz
9- Punkmotherfukaz (co-prod. 8Off Assassin)*
10- Most Def
11- Act Up (skit)
12- Getto Mentalitee (ft. All City/PI)
13- 2 Wrongs (prod. Sticky Fingaz)
14- Maintain (skit)
15- Walk In New York

Dans les années 90, Onyx fut un des groupes les plus controversés du rap US, non seulement en raison de leur attitude hardcore presque caricaturale, mais aussi de leur succès fulgurant. Pour autant les membres d’Onyx ne sortent pas de nulle part et surtout pas de l’imagination vénale d’un directeur artistique.
Fredro Starr et son cousin Sticky Fingaz rencontrent Sonee Seeza et Big DS au collège, ils commencent à rapper ensemble et sortent un titre en 89 (« And We Do It Like This ») sur Profile, label dont ils seront virés aussi sec. Le quatuor ne baisse pourtant pas les bras. Entre des petits boulots (chez un coiffeur notamment, un comble pour eux qui lanceront une « Atak Of Da Bal-Hedz ») et des prestations scéniques dans des petits clubs, Onyx commence à se faire connaître jusqu’à ce que Jam Master Jay de Run DMC (avec qui ils partagent une facette « rock » assumée), les repère et les signe sur son label JMJ Records. Un premier single est produit (« Throw ya Gunz ») et lance la carrière de ces enragés. Continuer la lecture de Onyx – All We Got Iz Us [1995] 

Gravediggaz – Niggamortis [1994]

TRACKLIST : (prod. Prince Paul)
1- Just When You Thought It Was Over (intro)
2- Constant Elevation
3- Nowhere To Run, Nowhere To Hide
4- Detective Trip
5- Two Cups Of Blood
6- Blood Brothers (prod. Fruitkwan)
7- 360 Questions (skit)
8- 1-800 Suicide
9- Pass The Shovel
10- Diary Of A Madman (ft. Sunz Of Man) (co-prod. RMS/RZA)
11- Mommy, What’s A Gravedigga ?
12- Bang Your Head
13- Here Comes The Gravediggaz (prod. Mr Sime)
14- Graveyard Chamber (ft. Sunz Of Man) (prod. RZA)
15- Deathtrap
16- Six Feet Deep (prod. Gravediggaz)
17- Rest In Peace (outro)

La transposition des thématiques morbides le plus souvent réservées au rock, dans le monde du hip hop, n’est pas une évidence. Pour preuve, le style que fonde Gravediggaz (les « fossoyeurs » en français), baptisé horrorcore par les médias, fera long feu, ne dépassant pas le cadre des quelques groupes qui suivront le même chemin,
Pourtant, le succès plus récent de Necro prouve que l’on peut allier esthétique gore et ambiances urbaines avec succès, à condition de s’adresser à un public caucasien. Cette ghettoisation culturelle ajoutée à la religiosité, réelle ou supposée, de la communauté afro-américaine, explique pourquoi Gravediggaz, ridiculement accusé de satanisme, fut rejeté par le public hip hop et qu’on ne lui ait pas accordé ce qui semble normal chez des métalleux comme Slayer. Aux Etats-Unis, le discours d’un artiste semble donc être soumis à sa couleur de peau.
Continuer la lecture de Gravediggaz – Niggamortis [1994] 

Organized Konfusion – Stress : The Extinction Agenda [1994]

TRACKLIST : (prod. Organized Konfusion, * prod. Buckwild)
1- Intro
2- Stress*
3- The Extinction Agenda
4- Thirteen*
5- Black Sunday
6- Drop Bombs
7- Bring It On
8- Why ? (co-prod. Organized Konfusion)*
9- Let’s Organize (ft. OC/Q-Tip)
10-  3, 2, 1
11- Keep It Koming
12- Stray Bullet
13- Maintain (prod. Rockwilder)

Avec ce deuxième album, Organized Konfusion montre les paradoxes propres au monde du rap. En effet, le groupe est la symbiose parfaite entre Prince Poetry et Pharoahe Monch, MC’s reconnus de leurs pairs grâce à des flows très techniques au sein d’un ensemble cohérent. Malgrè  ces capacités indéniables, le talent du groupe est largement sous-estimé, voire ignoré, et sa reconnaissance reste limitée aux connaisseurs, comme si qualité et succès n’avaient que peu de rapport dans le rap business. L’underground, lui, s’accorde à dire qu’Organized Konfusion présente l’un des duos les plus enthousiasmant du genre, mais il n’est semble-t-il pas assez puissant pour imposer ses choix au plus grand nombre, ni pour faire décoller les ventes d’un disque. Continuer la lecture de Organized Konfusion – Stress : The Extinction Agenda [1994]