Archives pour la catégorie Classiques

Parce que les racines du hip hop doivent être racontées…

Onyx – All We Got Iz Us [1995]

TRACKLIST : (prod. Fredro Starr, * prod. Onyx)
1- Life Or Death (skit)
2- Last Dayz
3- All We Got Iz Us (Evil Streets) (ft. PI)
4- Purse Snatchaz (ft. Greg Valentine)*
5- Shout
6- I Murder U (skit)
7- Betta Off Dead (co-prod. 8Off Assassin)*
8- Live Niguz
9- Punkmotherfukaz (co-prod. 8Off Assassin)*
10- Most Def
11- Act Up (skit)
12- Getto Mentalitee (ft. All City/PI)
13- 2 Wrongs (prod. Sticky Fingaz)
14- Maintain (skit)
15- Walk In New York

Dans les années 90, Onyx fut un des groupes les plus controversés du rap US, non seulement en raison de leur attitude hardcore presque caricaturale, mais aussi de leur succès fulgurant. Pour autant les membres d’Onyx ne sortent pas de nulle part et surtout pas de l’imagination vénale d’un directeur artistique.
Fredro Starr et son cousin Sticky Fingaz rencontrent Sonee Seeza et Big DS au collège, ils commencent à rapper ensemble et sortent un titre en 89 (« And We Do It Like This ») sur Profile, label dont ils seront virés aussi sec. Le quatuor ne baisse pourtant pas les bras. Entre des petits boulots (chez un coiffeur notamment, un comble pour eux qui lanceront une « Atak Of Da Bal-Hedz ») et des prestations scéniques dans des petits clubs, Onyx commence à se faire connaître jusqu’à ce que Jam Master Jay de Run DMC (avec qui ils partagent une facette « rock » assumée), les repère et les signe sur son label JMJ Records. Un premier single est produit (« Throw ya Gunz ») et lance la carrière de ces enragés. Continuer la lecture de Onyx – All We Got Iz Us [1995] 

The Pharcyde – Labcabincalifornia [1995]

TRACKLIST :
1- Bullshit (prod. Jay Dee)
2- Pharcyde (prod. Bootie Brown)
3- Groupie Therapy (prod. Diamond D)
4- Runnin’ (prod. Jay Dee)
5- She Said (prod. Slim Kid)
6- Splattitorium (prod. Jay Dee)
7- Sometin’ That Means Somethin’ (prod. Jay Dee)
8- All Live (skit)
9- Drop (prod. Jay Dee)
10- Hey You (prod. Slim Kid)
11- Y? (prod. Bootie Brown/Jay Dee)
12- It’s All Good! (skit)
13- Moment In Time (prod. M-Walk/Slim Kid)
14- The Hustle (ft. Big Boy/Schmooche Cat & Randy Mack) (prod. Bootie Brown)
15- Devil Music (prod. Fat Lip)
16- The E.N.D. (prod.M-Walk)

Le parcours de The Pharcyde semble aussi fluide que les flows du quatuor et commence dans le quartier de South Central, surtout connu pour ses gangs ultra -violents et son gangsta rap aux textes crus et teinté de funk.
Bootie Brown, Imani et Slim Kid sont alors danseurs et forment le groupe Two For Two qui apparaît notamment dans le populaire show télé « In Living Color ». Grâce à cette exposition médiatique, ils intègrent un programme de développement artistique pour les jeunes en difficulté dans lequel ils rencontrent Fat Lip et leur futur producteur, J-Swift. Ils écument alors les scènes ouvertes où ils élaborent leur style spontané, vite apprécié et souvent copié (comme ils l’évoquent dans « Bullshit », « Drop » ou « Pharcyde »). Après le remarqué « Soul Flower » sur le projet rap des Brand New Heavies, c’est la consécration en 1992 avec « Ya Mama » et surtout  l’intemporel « Passin’ Me By », extraits de leur premier album « Bizarre Ride 2 The Pharcyde » qui atteint le million d’exemplaires vendus aujourd’hui. En l’espace de quelques années, d’un obscur groupe de danseurs à peine visibles derrière des artistes confirmés, The Pharcyde est devenu le fer de lance d’une scène californienne dont les influences sont plus à chercher chez les Native Tongues que chez NWA. Continuer la lecture de The Pharcyde – Labcabincalifornia [1995] 

Gravediggaz – Niggamortis [1994]

TRACKLIST : (prod. Prince Paul)
1- Just When You Thought It Was Over (intro)
2- Constant Elevation
3- Nowhere To Run, Nowhere To Hide
4- Detective Trip
5- Two Cups Of Blood
6- Blood Brothers (prod. Fruitkwan)
7- 360 Questions (skit)
8- 1-800 Suicide
9- Pass The Shovel
10- Diary Of A Madman (ft. Sunz Of Man) (co-prod. RMS/RZA)
11- Mommy, What’s A Gravedigga ?
12- Bang Your Head
13- Here Comes The Gravediggaz (prod. Mr Sime)
14- Graveyard Chamber (ft. Sunz Of Man) (prod. RZA)
15- Deathtrap
16- Six Feet Deep (prod. Gravediggaz)
17- Rest In Peace (outro)

La transposition des thématiques morbides le plus souvent réservées au rock, dans le monde du hip hop, n’est pas une évidence. Pour preuve, le style que fonde Gravediggaz (les « fossoyeurs » en français), baptisé horrorcore par les médias, fera long feu, ne dépassant pas le cadre des quelques groupes qui suivront le même chemin,
Pourtant, le succès plus récent de Necro prouve que l’on peut allier esthétique gore et ambiances urbaines avec succès, à condition de s’adresser à un public caucasien. Cette ghettoisation culturelle ajoutée à la religiosité, réelle ou supposée, de la communauté afro-américaine, explique pourquoi Gravediggaz, ridiculement accusé de satanisme, fut rejeté par le public hip hop et qu’on ne lui ait pas accordé ce qui semble normal chez des métalleux comme Slayer. Aux Etats-Unis, le discours d’un artiste semble donc être soumis à sa couleur de peau.
Continuer la lecture de Gravediggaz – Niggamortis [1994] 

Organized Konfusion – Stress : The Extinction Agenda [1994]

TRACKLIST : (prod. Organized Konfusion, * prod. Buckwild)
1- Intro
2- Stress*
3- The Extinction Agenda
4- Thirteen*
5- Black Sunday
6- Drop Bombs
7- Bring It On
8- Why ? (co-prod. Organized Konfusion)*
9- Let’s Organize (ft. OC/Q-Tip)
10-  3, 2, 1
11- Keep It Koming
12- Stray Bullet
13- Maintain (prod. Rockwilder)

Avec ce deuxième album, Organized Konfusion montre les paradoxes propres au monde du rap. En effet, le groupe est la symbiose parfaite entre Prince Poetry et Pharoahe Monch, MC’s reconnus de leurs pairs grâce à des flows très techniques au sein d’un ensemble cohérent. Malgrè  ces capacités indéniables, le talent du groupe est largement sous-estimé, voire ignoré, et sa reconnaissance reste limitée aux connaisseurs, comme si qualité et succès n’avaient que peu de rapport dans le rap business. L’underground, lui, s’accorde à dire qu’Organized Konfusion présente l’un des duos les plus enthousiasmant du genre, mais il n’est semble-t-il pas assez puissant pour imposer ses choix au plus grand nombre, ni pour faire décoller les ventes d’un disque. Continuer la lecture de Organized Konfusion – Stress : The Extinction Agenda [1994] 

Boo Yaa TRIBE – Doomsday [1994]

TRACKLIST : (prod. Boo Yaa Tribe & Will Roc)
1- Intro (2 Minutes Warning)
2- Set Tripping
3- Kreepin’ Through Your Hood
4- Get Gatted On
5- Devil Can’t Have Me
6- Doomsday
7- Janitor (skit)
8- Gangstas Of The Industry
9- Shoot ‘Em Down
10- House Full Of Gangsters (ft. Roc Slanga/Bloody Mary/Will Roc/Bob Dog/Spartacus)
11- Put Dat On Something
12- Tribal Warfare
13- Mad Samoan (ft. Spartacus)
14- Gang Related (co-prod. Chocolate/Ghetto Life)
15- Kill ‘Em All
16- Death Row California
17- Samoan Mafia

Avec ce disque sans concession, on touche à l’essence même du gangsta rap des 90’s. Pas de bling bling ici, la noirceur seule saute aux oreilles. Les frères Devoux, fratrie samoane qui compose la Boo Yaa Tribe, ne sont pas là pour pour brader leur style de vie violent, ni pour faire honte à leur quartier de Carson, Los Angeles. La sentence serait sans appel et on l’imagine expéditive au vu des histoires relatées dans leurs textes. Tous affiliés au gang des Bloods, les ennuis judiciaires des différents membres du groupe vont du trafic de drogue au port d’arme illégal, jusqu’à l’emprisonnement pour meurtre. Continuer la lecture de Boo Yaa TRIBE – Doomsday [1994] 

Digable Planets – Blowout Comb [1994]

TRACKLIST : (prod. Digable Planets)
1- The May 4th Movement
2- Black Ego
3- Dog It
4- Jettin’
5- Borough Check (ft. Guru)
6- Highing fly
7- Dial 7 (Axioms of Creamy Spies)
8- The Art of Easing
9- KB’s Alley
10- Graffiti (ft. Jeru The Damaja)
11- Blowing Down
12- 9th Wonder
13- For Corners

Le jazz-rap (Acid-Jazz pour les Britanniques) fit couler beaucoup d’encre au début des 90’s et hurler aussi bien les adeptes du hip hop que ceux du jazz. A l’époque, dans un souci de catégoriser (ghettoiser diront certains) le rap et de le rendre moins « effrayant », les médias mirent en avant l’une de ses composantes essentielles, à savoir le sampling de standards jazz par des producteurs tels que DJ Premier ou Pete Rock. Pour cela  fut créé de toutes pièces un genre nouveau, soutenu par des labels jazz comme Blue Note, plus accessible pour un public étranger aux considérations racailleuses ou revendicatrices des rappeurs afro-américains. De plus, et sans savoir réellement si cette étiquette nouvelle en est responsable ou si les groupes avaient déjà cette configuration, des musiciens live firent leur apparition aux côtés de certains rappeurs, que ce soit en studio ou sur scène. Continuer la lecture de Digable Planets – Blowout Comb [1994] 

Artifacts – Between A Rock & A Hard Place [1994]

imageTRACKLIST : (prod. T-Ray, *prod. Buckwild)
1- Drama (Mortal Kombat Fatality intro) (prod. Drew/Dr Butcher)
2- C’mon Wit Da Git Down*
3- Wrong Side Of Da Tracks
4- Heavy Ammunition
5- Attack Of New Jerusalem (ft. Jay Burns Jaya)*
6- Notty Headed Nigguhz
7- Whayback
8- Flexi Wit Da Tech(nique)
9- Cummin’ Thru Ya Fukin’ Block  (ft. Redman) (prod. Redman/Rockwilder)
10- Lower Da Boom
11- What Goes On ?*
12- Dynamite Soul
13- Whassup Now Muthafucka ?

Au début des années 90, chaque semaine apportait aux amateurs une nouvelle pépite, concoctée par les meilleurs producteurs du moment, dans laquelle les rappeurs cherchaient à s’imposer plus par leur musique que par le poids de leurs joaillerie. Point d’impératifs chiffrés, seul comptait de bien représenter son quartier, son posse et une certaine idée du hip hop.
Dans ce premier album, témoignage de cet « âge d’or », Tame One et El Da Sensei réunissent tous les ingrédients d’un album qui tient la route. Continuer la lecture de Artifacts – Between A Rock & A Hard Place [1994] 

Method Man – Tical [1994]

TRACKLIST : (prod. RZA)
1- Tical
2- Biscuits
3- Bring The Pain (ft. Booster)
4- All I Need
5- What The Blood Clot
6- Meth’ vs Chef (ft. Raekwon)
7- Sub Crazy (co-prod. 4th Disciple)
8- Release Yo’ Delf (ft. Blue Raspberry)
9- PLO Style (ft. Carlton Fisk) (co-prod. Method Man)
10- I Get My Thang In Action
11- Mr Sandman (ft. RZA/ Inspectah Deck/Street Thug/Carlton Fisk)
12- Stimulation (ft. Blue Raspberry)
13- Method Man (remix)

Par sa participation au premier album du Wu-Tang Clan, Method Man a contribué à redorer le blason de la côte Est en pleine domination du gangsta rap californien. Suite au succès surprise du crew new-yorkais, il poursuit cette « réhabilitation » grâce à un disque qui marquera les esprits à sa sortie. Par son succès d’une part mais aussi parce qu’il démontre que Meth’ n’a pas besoin de la présence continuelle des autres membres du Wu, souvent considérés comme de meilleurs lyricistes.  Continuer la lecture de Method Man – Tical [1994] 

Ice-T – Home Invasion [1993]

TRACKLIST : (prod. DJ Aladdin/Ice-T & SLJ sauf tracks 5-12-13 & 14)
1- Warning (skit)
2- It’s On
3- Ice MF T
4- Home Invasion
5- G-Style (prod. DJ LP & Hen Gee)
6- Addicted to Danger
7- Question & Answer (skit)
8- Watch the Ice Break
9- Race War
10- That’s How I’m Livin’
11- I Ain’t New Ta this
12- Pimp Behind the Wheels (prod. DJ LP & Hen Gee)
13- Gotta Lotta Love (prod. Donald D & Ice-T)
14- Shit Hit the Fan (prod. Trekan & Ice-T)
15- Depths of Hell (ft. Daddy Nitro)
16- 99 Problems (ft. Brother Marquis)
17- Funky Gripsta (ft. Grip) (co-prod. Wolf & Grip)
18- Message to the Soldier
19- Ain’t a Damn Thing Change (skit)

La carrière d’Ice-T, considéré comme l’un des inventeurs du gangsta rap (avec Schoolly D à Philadelphie notamment), démarre bien loin de cette Californie qu’il dépeint dans ses textes.
Notre homme n’est en effet pas un pur produit de Los Angeles puisqu’il n’y emménage, après la mort de ses parents, qu’à l’adolescence. Il débarque du New Jersey et atterrit dans le quartier de South Central où la culture des gangs et celle du breakdance (à travers la scène électro) sont en pleine ébullition. Fasciné par le monde des truands, il trempe dans quelques petites arnaques et se choisit un pseudonyme inspiré d’Iceberg Slim, célèbre maquereau devenu écrivain. Continuer la lecture de Ice-T – Home Invasion [1993] 

Redman – Whut?! Thee Album [1992]

TRACKLIST :  (prod. Erick Sermon & Redman)
1- Psycho Ward (skit)
2- Time 4 Sum Aksion
3- Da Funk
4- News Break (skit)
5- So Ruff
6- Rated R
7- Watch Yo Nuggets (ft. Erick Sermon)
8- Psycho Dub (skit)
9- Jam 4 U
10- Blow Your Mind
11- Hardcore (prod. EPMD/Mr Bozack)
12- Funky Uncles (skit)
13- Redman Meets Reggie Noble
14- Tonight’s Da Night
15- Blow Your Mind (remix)
16- I’m Bad
17- Sessed One Night (skit)
18- How To Roll A Blunt
19- Sooper Luver Interview (skit)
20- A Day Of Sooperman Lover
21- Encore

Redman est l’un des rappeurs US qui possède le flow le plus versatile de ces 20 dernières années, ramenant le MC à son rôle de performer linguistique. « Whut? Thee Album » marque l’avènement de ce talent car sur ce premier effort, Redman nous offre probablement sa meilleure prestation.
Cette réussite n’est pourtant pas qu’une aventure solo puisqu’elle met aussi en lumière les capacités de producteur d’Erick Sermon (la moitié d’EPMD) pour son crew, le Def Squad, dont Redman sera le fer de lance après des featurings remarqués sur les albums de ses mentors, sa signature chez Def Jam et les succès commerciaux présents sur chacun de ses disques. Cet opus est le fruit d’une collaboration très étroite entre les deux hommes (Sermon l’hébergera même pendant plusieurs mois après que Redman a été viré de chez lui), chacun apportant son savoir-faire à l’autre. Continuer la lecture de Redman – Whut?! Thee Album [1992]